Track sprinters lined up at starting
Publié le 4 min

RPS : Le challenge de la rentrée: redynamiser les équipes épuisées !

Auteur

Florence Nony est DRH du groupe VIDELIO,  spécialisé dans le conseil (solutions audiovisuelles). Avant de rejoindre Videlio, Florence Nony a notamment travaillé pour Redcats Group  Kering, Harrods, SAP, Brake France et enfin PPG Architectural Coatings (comme DRH EMEA Sud).

Être DRH d’une entreprise dont l’activité est fortement touchée par la crise représente un challenge managérial. A l’heure de la reprise, Florence Nony, DRH du groupe Videlio, acteur majeur de l’événementiel, partage ses enseignements et sa stratégie pour reconstruire les équipes, accompagner le retour des collaborateurs sur leurs lieux de travail et préparer la reprise de septembre 2021.

 Dans quel état d’esprit êtes-vous, vous-même et les salariés de Videlio à l’approche de la reprise ?

En ce moment, je suis en mode DRH de combat. Il y a beaucoup de choses à gérer et de défi à relever. Il faut être combatif dans le sens positif du terme pour attaquer la reprise qui approche. Quant aux salariés, leurs états d’esprit sont très divers. Certains se sont sentis exclus avec l’arrêt de leur activité. Au point de nous dire : « donnez-moi du boulot, je ne peux plus supporter de ne rien faire ». D’autres mis en activité partielle attendent la reprise avec impatience. Les sentiments d’exclusion et d’inutilité dominent globalement pour ceux dont le quotidien a été bouleversé par la crise. Donc oui, nous approchons la reprise avec beaucoup d’excitation, mais aussi beaucoup de préparation pour redynamiser les équipes et retrouver de l’harmonie.

Comment avez fait face à toutes ces situations ?

Il a bien été question de gérer un monde du travail à plusieurs vitesses. Nous avons donc proposé à nos managers une organisation différente, évidemment plus adaptée au distanciel, et nous avons encouragé l’écoute au sein des équipes. Sans que ce soit une solution miracle, nous avons aussi souscrit un abonnement à la plateforme en ligne Active Corner qui propose des séances de yoga, du sport et des cours de cuisine.

J’hérite également grâce à mon expérience au sein d’entreprise allemande, d’une forte culture du dialogue avec les partenaires sociaux. Je cherche toujours à co-construire sans être en cogestion. Mon parti pris, c’est d’associer les partenaires sociaux, en leur qualité de capteurs et de représentants avisés des collaborateurs. Je tiens beaucoup au principe du patron en proximité. Les dirigeants doivent être approchables.

Quel est selon vous l’enjeu principal du déconfinement qui approche ?

Il faut redynamiser les équipes épuisées. Nous n’avons pas eu davantage d’absentéisme pendant la crise, pourtant des signaux sont apparus. Il y a eu une recrudescence des maux de dos, des réactions psychosomatiques, des troubles du sommeil.

Il faut redonner l’envie à tous de revenir sur site. Il y a tout un travail de ré-enchantement. Il faut permettre aux collaborateurs de ressentir à nouveau l’expérience du travail en équipe direct. Nous devons impérativement remobiliser tout le monde. 

Que pensez-vous des nouvelles formes d’organisation hybride qui associent travail en présentiel et télétravail? Peuvent-elles affecter la santé psychologique de vos salariés ? Y-a-t-il des points d’attention particuliers à prendre en compte ? 

Ma conviction, c’est qu’il ne faut pas aller au-delà de 2 jours de télétravail par semaine. Au-delà, le risque est de casser la sociabilité. Certes cela évite les transports en commun et permet d’organiser sa semaine autrement, mais il faut impérativement se sociabiliser régulièrement. 

Ce que je trouve très enrichissant avec les nouvelles pistes de travail que nous avons dû expérimenter ce n’est pas forcément le télétravail, mais davantage la possibilité de travailler en horaires décalés, et la fin du contrôle inutile des managers, qui, pour les plus rigoristes, n’ont pas eu d’autre choix que de privilégier la responsabilité au contrôle. Et c’est une évolution très intéressante à mes yeux.

Qu’est-ce que cette crise vous a appris en termes de management et également en termes de gestion de la fragilité des salariés ?

Il nous faut désormais vivre dans un monde très bousculé. Je crains qu’on ne doive garder le masque et qu’il ne faille s’adapter encore. Il va certainement falloir – et c’est une bonne chose à mes yeux, conserver les gestes barrières, et aussi bien se laver les mains.

En termes de management, la principale leçon que je retiens concerne les gens qui sont des perfectionnistes. Ce profil très sensible au surmenage doit être particulièrement suivi et accompagné dans une période comme celle-ci car le risque de burn-out est plus important en ce moment. Le sentiment d’obligation à être disponible sans faille, couplé à celui de ne pas savoir dit non peut avoir des conséquences graves. 

Allez-vous mettre en place des actions de prévention des risques psycho- sociaux (RPS) ? 

Je suis arrivée fin août 2020 dans l’entreprise, je n’ai pas encore mis en place des choses en ce sens, mais j’y pense évidemment. Nous sommes actuellement en pleine réorganisation et le suivi des RPS fait partie d’un plan global pour soutenir les salariés et leur épanouissement au travail. Plus généralement, ma conviction est que’ plus le monde sera changeant et incertain’ plus il sera nécessaire de se raccrocher aux humanités et à la présence de l’autre.

A propos de VIDELIO

Fort d’un savoir-faire unique dans l’univers de l’intégration audio-vidéo, VIDELIO accompagne les entreprises, les créateurs d’événements, les acteurs médias et les armateurs de bateaux de croisières à chaque étape de leur transformation. De la phase de conseil au choix des technologies en passant par le déploiement et la conduite du changement, notre métier est de concevoir, intégrer et opérer, sur site ou dans le Cloud, des solutions audiovisuelles et collaboratives innovantes. Le Groupe emploie 920 collaborateurs dans 7 pays. VIDELIO a réalisé un chiffre d’affaires de 247 millions d’euros en 2019. La société est cotée sur le marché Euronext de Paris. www.videlio.com

Vous allez aimer