bureau de demain
Publié le 3 min

Entreprises post-Covid : à quoi ressembleront les bureaux de demain ?

D’après l’étude Malakoff Humanis sur la santé des salariés à l’épreuve du Covid-19, 56 % des salariés appréhendent leur retour en entreprise. Les principaux motifs d’appréhensions sont liés aux règles sanitaires à respecter : le port de masque et de gants, la distanciation physique et les gestes barrières. Mais l’inquiétude porte également sur les bureaux partagés, surtout dans les grandes entreprises qui se sont converties au flex office et aux open spaces.

Alors comment redonner envie aux salariés de revenir au bureau ? En gérant mieux les flux de circulation et en transformant les open spaces en quartiers de travail, un concept de désign de bureau qui est en train d’émerger capable à la fois de sécuriser et de redonner le sentiment d’appartenance aux salariés.

Contraints de se confiner, beaucoup de travailleurs hésitent à reprendre le chemin des bureaux. Il y a bien sur la peur du virus. Et les entreprises se sont équipées pour assurer le retour de leurs salariés dans de bonnes conditions. L’antenne analytique du cabinet américain d’architecture Gensler a par exemple développé un logiciel appelé « ReRun » qui permet aux DRH et chefs d’entreprise de se projeter via plusieurs scénarios de composition et d’occupation de l’open-space. Il suffit simplement d’entrer le nombre de personnes présentes par poste et l’intelligence artificielle s’occupe de tout.

L’IA à la rescousse pour repenser l’occupation des espaces et la gestion des flux

Le virus impose de repenser la circulation au sein de l’entreprise. L’occasion de mettre le design au service du mouvement, avec « la méthode comportementale nudge, en indiquant implicitement les usages et comportements à avoir dans les espaces ». 

Au-delà de la crise, cette nouvelle circulation sert aussi le projet de mieux connecter les salariés entre eux. Les open-spaces n’ont pas produit la communication attendue. Et sont souvent devenus des espaces impersonnels où l’on cherche souvent du calme sous des écouteurs…Le nouveau design des espaces, s’il entend pour l’instant assurer une sécurité sanitaire, est aussi l’occasion de créer une nouvelle géographie. 

Transformation des open-spaces en quartiers de travail

La Crise du Covid intervient alors que le marché même des bureaux n’était guère en forme. Et certaines entreprises pourraient avoir la tentation du tout télétravail pour économiser de l’espace. Une idée que rejette le designer Philippe Paré :  « Il faut au contraire utiliser les espaces de bureau autrement et créer des quartiers au sein de l’entreprise. En finir avec les open-spaces et regrouper les salariés d’une équipe par quartier, avec idéalement 30 à 35 personnes », estime le designer et directeur général de Gensler France, pour retrouver des interactions plus stimulantes.

Il s’inspire des travaux de Robin Dunbar, un anthropologue britannique, qui estime que les individus peuvent avoir des relations stables avec 30 à 35 personnes. Cette organisation permet de créer une vie de quartier dans les bureaux. Une fois chaque voisinage bien établi, il y a le potentiel de créer une communauté de communautés par l’intermédiaire d’espaces collaboratifs ou conviviaux neutres et pousser les équipes à personnaliser ensemble les espaces pour définir la culture du quartier, voilà ce que propose le cabinet Gensler dans un article publié sur son blog. 

On aura toujours besoin de bureaux pour créer de l’appartenance

Car le bureau a une fonction qui va bien au-delà du simple lieu où l’on pose son ordinateur. Il participe de la culture d’entreprise et garantie quelque part plus d’équité de traitement entre les salariés. On est loin selon lui du scénario d’entreprises sans bureau. Car au-delà de l’affichage des sièges sociaux, le bureau peut dans sa nouvelle version, servir le sentiment d’appartenance. 

Vous allez aimer