Elisabeth Jouffray, Directrice des Ressources Humaines chez WESSLING France,
Publié le 4 min

« Comment j’ai pu mettre en place des outils efficace de prévention des risques pour nos salariés avec Malakoff Humanis » Elisabeth Jouffray, DRH de WESSLING France

Elisabeth Jouffray, Directrice des Ressources Humaines chez WESSLING France, entreprise familiale spécialisée dans les analyses liées à l’amélioration de la qualité de vie, l’hygiène et l’environnement, revient sur les mesures prises ces dernières années et durant la crise sanitaire pour préserver la santé de ses collaborateurs.

Comment se déroule votre quotidien et celui de vos collaborateurs depuis le début de la crise ? Quelles difficultés avez-vous dû surmonter ? 

En tant que référente Covid, je participe à des actions de veille sociale avec les services de santé au travail de nos 3 sites. Ainsi, nous avons mis en place très rapidement des protocoles sanitaires qui ont rassuré nos équipes. Le télétravail a été, également, institué dès le départ pour les activités « télétravaillables ».

Par ailleurs, nous avons immédiatement communiqué auprès du CSE et de nos salariés afin de les informer de l’évolution de la situation de l’entreprise. J’ai également alerté sur les risques liés au télétravail : isolement, stress, surcharge, fatigue visuelle ou encore troubles musculo-squelettiques (TMS).

Depuis un an, nous avons mis en place de nombreux outils, tels que des plannings de roulement pour structurer le présentiel et permettre aux collaborateurs-télétravailleurs de garder du lien en venant sur site au moins un jour par semaine.

Ils peuvent ainsi organiser des réunions en présentiel quand cela est nécessaire. Nous avons également réorganisé les espaces de façon à respecter l’ensemble des dispositions du protocole national défini par le ministère du Travail.

Concernant les risques psychosociaux, nous avons aussi offert aux salariés l’assistance d’un psychologue proposé par Malakoff Humanis.

Concrètement, comment avez-vous fait pour sensibiliser vos équipes aux risques liés au télétravail ?

Grâce à un questionnaire construit sur la base des suggestions faites par Malakoff Humanis, j’ai pu interroger les managers et les collaborateurs sur leurs retours d’expériences et leurs difficultés. Il en est ressorti une satisfaction globale concernant le télétravail avec toutefois des souhaits très différents. Certains souhaitant poursuivre le distanciel sur le long terme, jusqu’à 5 jours par semaine, et d’autres exprimant le besoin réel que cela ne dépasse pas 1 à 2 jours.

Pour s’adapter à cette demande et l’aménager, nous allons proposer un accord sur le télétravail lors des prochaines négociations annuelles obligatoires.

Vous utilisez la plateforme « Diagnostic et protection du capital humain » de Malakoff Humanis, pouvez-vous nous dire ce que cet outil vous a concrètement apporté ?   

Sur la plateforme « Diagnostic et protection du capital humain », j’ai trouvé des outils très efficaces qui m’ont permis de suivre l’évolution de l’absentéisme dans mon entreprise au fil des mois.

Grace à cette plateforme, j’ai également pu comparer l’absentéisme chez Wessling à celui rencontré dans les autres entreprises de même taille et issues du même secteur d’activité. Cette vision comparative a été particulièrement utile pour nous auto évaluer.

Au-delà du diagnostic et de l’analyse qui en découle, j’ai également pu compter sur des conseillers spécialisés qui m’ont guidée dans la mise en place d’une stratégie de prévention adaptée.

Pouvez-vous caractériser davantage l’absentéisme chez Wessling et définir un peu mieux le contact que vous avez eu avec les conseillers prévention ?

Nous avons un absentéisme tous motifs confondus plutôt acceptable (4 à 5%) avec parfois des hausses à 8 ou 9% en période d’épidémie hivernale. Nous avons des taux de 3 à 5 fois inférieurs à ceux d’entreprises similaires  selon les indicateurs de l’outil Diagnostic et Protection du Capital Humain.

L’outil nous a permis d’identifier, par exemple, quel type d’arrêt nous avons le plus souvent dans quelle catégorie SP, sexe, âge et période et d’en tirer des enseignements.

Nous avons ainsi constaté une baisse du nombre d’arrêts entre mars et octobre 2020 par rapport à 2019, ce qui nous a surpris de prime abord ; après analyse, nous avons compris que notre effectif, plutôt jeune et en bonne santé, avait été peu sujet aux maux hivernaux habituels et avait plutôt bien intégré les consignes sanitaires.

Par ailleurs, j’ai également découvert des outils très pertinents pour me former et me sensibiliser aux risques psychosociaux, via des supports de qualité grâce aux propositions des conseillers Malakoff Humanis. Ils m’ont également invité à proposer à nos collaborateurs des outils de préventions (fiches pratiques, webinaires) ou appel à un psychologue pour les soutenir pendant cette période compliquée.

Avez-vous suivi une formation spécifique pour la prévention des RPS ?

Oui, tout à fait. Je fais partie d’un groupe d’échange nommé « Les ambassadeurs », au sein duquel je bénéficie d’une formation à la détection et à la gestion des risques psychosociaux.

L’offre d’accompagnement de Malakoff Humanis m’a permis de renforcer mes connaissances et de sensibiliser ensuite à mon tour les managers et salariés de l’entreprise.

Ainsi, nous avons pu assister à des webinaires sur des thèmes comme la gestion du stress ou la qualité du sommeil qui ont d’ailleurs été plébiscités par une grande majorité de salariés.

Quant aux salariés les plus en difficultés, devant faire face à des situations de vie compliquées et parfois dans l’urgence, j’ai pu compter sur le soutien et la réactivité des équipes de Malakoff Humanis  pour trouver des solutions d’accompagnement.

Quelles autres initiatives en faveur de la santé et de la qualité de vie au travail sont mises en place dans votre entreprise ?

Avant la crise, nous avons travaillé avec Malakoff Humanis sur la question de la nutrition et de la prévention du tabac. En 2020, nous avons entamé un programme de sensibilisation au handicap. Nous avons également fait découvrir à nos collaborateurs l’application « Coach et moi » proposant des outils de gestion du stress. Nous travaillons actuellement à la mise en place de formations en e-learning sur la prévention des risques, comme par exemple le risque chimique ou les TMS.

Malakoff Humanis vient de nous accompagner sur la formalisation d’une enquête en ligne auprès de tous nos collaborateurs sur la santé au travail. J’attends les résultats et notamment des retours sur les axes d’amélioration.

Mon objectif pour 2021, c’est donc de finaliser notre offre de formation en e-learning sur les risques métier, spécifiques ou plus généraux, tels que le stress. Je souhaite également proposer d’autres webinaires à nos collaborateurs et poursuivre le travail entrepris sur la prévention des risques psychosociaux.


Pour aller plus loin

Découvrir la plateforme Diagnostic et Protection du Capital Humain

Vous allez aimer